NSDAP/AO Français

 

Comment surmonter la décadence?
 

Le combat millénaire entre les forces de la décadence et celles de la vie se poursuit et ne finira probablement jamais. La parole d' Honneur est la formule magique sans laquelle les sociétés s' effondrent. La parole d' Honneur est un impératif de la Nature, au même titre que les autres conditions de fonctionnement des communautés humaines. Au même titre que les lois régissant tous les êtres vivants. Des lois éternelles supérieures aux lois humaines.

Parmi ces dernières il y a la loi de sélection naturelle. L'être qui ne résout pas un problème vital disparaît. Celui qui le résout survit et lègue son aptitude à ses descendants. Un important aspect de la décadence du XXème siècle vient de ce que nos dirigeants ont cru pouvoir se soustraire et soustraire nos peuples à cette loi jugée trop dure. A terme, une telle politique aboutit à la disparition de tous les peuples européens.

Il y a la loi de différenciation. Telle communauté se maintiendra grâce à sa capacité de résoudre tels problèmes. Telle autre, grâce à son aptitude à en résoudre d'autres. Toutes deux présentent désormais des qualités différentes. D'abord et pendant des millions d'années, les habitats ont différencié les hommes. Puis d'autres facteurs interviennent. Il en surgit chaque jour de nouveaux.

Ainsi se forgent les races. Une erreur de nos dirigeants a été de vouloir unifier l' homo sapiens par le mélange des races. Loin d'y parvenir, ils ont commencé à instaurer le chaos racial, baptisé « société multiculturelle « . Sans culture en réalité, ingouvernable et atomisée en une poussière d' individus incapables d'assurer la survie du Peuple blanc, traînant une vie absurde, en proie au désespoir et voués au désastres.

Comment surmonter la décadence?

Première possibilité : notre décadence subsiste, aggravée. Des villes multiraciales, des campagnes gardant encore majoritairement le type autochtone. Ces villes à haute criminalité, ne perdurent que par des milices privées (ou gangs) contrôlant des quartiers à prédominance d'une ethnie : ici, les Européens, là les maghrébins; plus loin, les nègres, les tamouls, les asiatiques; des zones en ruine abritent une sous-humanité de déchets en naufrage. Les affrontements raciaux obligent à une sévère ségrégation par quartier. Depuis longtemps, la police a renoncé à faire règner l'ordre; elle veille seulement à la sécurité des dirigeants et des organes corrompus du système.

Dans ce contexte et en attendant la guerre civile, un choix difficile devant nous: aller au plus pressé par des mesures de survie ou gagner l' élite naturelle à oeuvrer à la renaissance de l' Europe. Eh bien, il ne faut pas choisir! Il faut concilier les deux impératifs, tâche ardue, certes. Se servir de son cerveau. La victoire finale de la vie ascendante doit rester le but suprême, au milieu des troubles, des combats de rue, des guerres raciales.

Deuxième possibilité : la grande catastrophe a eu lieu (le chaos). Les survivants sont groupés par ethnie. Le but immédiat est la reconquête du Territoire et l' expulsion des allogènes. Puis la reconstruction. C'est de loin l'éventualité la plus favorable. D'autant plus favorable que seront grandes les destructions et les pertes en vies humaines, car on s' éloignera ainsi de la civilisation décadente et de ses impasses. Qu'il subsiste un Homme, une femme et quelques grains de froment ou de seigle, et tout peut recommencer. Avec de meilleures chances.

Troisième possibilité: une révolution européenne a balayé les régimes plouto-démocratiques et ramené les nègres en Afrique, les jaunes en Asie. L'ordre revenu suscite une prospérité trompeuse. Et voilà le plus grand danger. Les braves gens vont retomber dans un optimisme passif, une apathie, tandis qu'au sein même des peuples blancs les forces de la décadence, momentanément vaincues, attendent l'occasion de la revanche. Elles ressentent en effet la santé comme une menace et, pour survivre, veulent rendre malades les éléments encore sains. Des tarés, accumulés au cours des générations, constituent un déchet (sur le plan moral surtout) dont l'élimination requiert une politique de plusieurs siècles.


Nul ne peut « améliorer » un dégénéré. Il est ainsi, il n'y peut rien. On doit simplement lui refuser l' égalité des droits. Erreur funeste, le suffrage universel permet au déchet biologique de corrompre les peuples. Les homosexuels imposent leur volonté aux partis en vendant leurs voix au plus offrants; ils ont obtenu un statut matrimonial, des allocations, des rentes de veuvage, le droit d' adoption. Dans la foulée, les toxicomanes, les délinquants et les allogènes naturalisés ont négocié leur appui électoral.

La politique biologique, en favorisant les naissances d'éléments sains et en limitant celles du déchet, rétablira l'humanité valeureuse des premiers temps, oeuvre de la Nature que nos apprentis sorciers sont venus démolir. Encore faudra t' il réaliser cette biopolitique et la transmettre à la génération suivante.

Le but suprême est le maintien et l' ascension de la Race blanche (hors branche sémitique) en particulier. La force vous la trouverez en vous même. La voix des ancêtres est la voix de la Race. Le plus grand bonheur est dans l'accomplissement du devoir
.

 

NSDAP/AO Français