Une introduction au NSDAP/AO :

 
 


LE COMBAT CONTINUE !

 

 

 

 

 

Ensemble, Nous Sommes Forts !

 

 

 

 

 

 

 

 

Une introduction au NSDAP/AO :

 

 

LE COMBAT CONTINUE !

 

 

 

 

 

 

Droits d’auteur 2000 par le NSDAP/AO

 

NSDAP/AO : PO Box 6414, Lincoln, NE 68506 US

http://www.nazi-lauck-nsdapao.com

 

Imprimé aux USA

 

 

 

 

 

Table des matières

 

 

 

Introduction ……………………………………………………….  04

Notre objectif ……………………………………………………. 05

Informations sur le mouvement ……………………….  06

Un regard à l’intérieur du NSDAP/AO ……………….  08

Le NSDAP/AO et la violence ……………………………..  19

Chronologie du NSDAP/AO ……………………………….   29

Citations des médias …………………………………………  44

Ne jamais renoncer ! ………………………………………… 54

De l’authentique héroïsme ………………………………..  58

Le prochain quart de siècle et après .……………….  62

Nous sommes les pionniers ………………………………. 64

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Introduction

 

 

 

Le NSDAP/AO est bien plus qu’un organisme. Il représente une communauté vivante d’hommes et de femmes dédiée à une vue du monde appelée National-Socialisme.

 

La forme externe d'une telle communauté est secondaire. Les graphiques organisés, les procédures administratives et le désir sont simplement des outils. Ils changent pour s’accommoder aux besoins actuels. Par conséquent, ils sont ignorés dans cet ouvrage.

 

L’esprit est très important. L’esprit se manifeste lui-même dans la vie d’un homme, d’une communauté ou d’un mouvement. Par conséquent, la vie du NSDAP/AO –son histoire et ses actions– est soulignée ici. Ils convoitent l’esprit !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notre objectif

 

 

 

Notre objectif : la défense de la race blanche. La survie de notre race blanche et des autres diverses nations blanches est notre première directive.

 

Notre vue du monde : appelé national-socialisme, elle est basée sur les lois de la nature et sur les leçons d’histoire.

 

Nos deux plus grandes valeurs : Race & Nation.

 

Notre but : Pouvoir Blanc !

 

Notre méthode : activisme politique non-violent dans les pays où notre mouvement est « légal ». Activisme occulte non-violent dans les pays où notre mouvement est totalement interdit.

 

Nos outils : matériel de propagande national-socialiste et, avant tout, chaque activiste national-socialiste.

 

Notre voie : le combat continue !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Informations sur le mouvement

 

 

 

Le NSDAP/AO a été fondé en 1972 pour le besoin de l’expansion du national-socialisme occulte en Allemagne à l’aide de matériel de propagande. En effet, la littérature et les activités nationales-socialistes y sont interdits !

 

Les rapports officiels du Gouvernement allemand ont identifié le NSDAP/AO comme le plus large fournisseur de littérature nationale-socialiste en Allemagne. La plupart des livres traitant du néo-nazisme en Allemagne mentionne le NSDAP/AO. Et le NSDAP/AO était le premier à distribuer mondialement le documentaire Wahrheit macht frei ! (La vérité fait la liberté !), produit par le télévision suédoise.

 

Lorsque le Mur de Berlin tomba, le mouvement national-socialiste en Allemagne – et avec lui, le NSDAP/AO – monta en flèche ! Depuis, le NSDAP/AO s’est étendu dans une réelle machine de propagande globale avec des publications dans douze langues : Anglais, Allemand, Danois, Suédois, Hongrois, Néerlandais, Français, Espagnol, Portugais, Italien, Russe & Japonais.

 

L’arrestation du leader du NSDAP/AO Gerhard Lauck en 1995 – en violation avec les lois américaines ET internationales – a résulté sur la solidarité nationale-socialiste internationale et cela a permis un plus grand support ! Lauck passa les quatre années suivantes dans une prison allemande prévoyant de publier un journal AUX Etats-Unis avec la supposée protection du Premier Amendement ! Ceci montre que les ennemis craignent le NSDAP/AO !

 

         Aujourd’hui, les nationaux-socialistes du monde entier travaillent avec le NSDAP/AO afin de faire connaître la volonté de la race blanche dans les nations respectives. Nous réalisons que :

 

 

ENSEMBLE, NOUS SOMMES FORTS !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un regard à l’intérieur du NSDAP/AO

 

 

 

L’article suivant du camarade Michael Storm apparaissait dans l’édition #99 de Juillet/Août 1992 du magazine THE NEW ORDER, la version anglaise du journal du NSDAP/AO.

 

Camarades ! C’est bon d’être de retour !

Après avoir passé plusieurs années en dehors des Etats-Unis, il fut bon de revenir et avec un devoir. Bien que j'étais resté en contact proche avec le NSDAP/AO pendant ce temps, ce fut quand même un étonnement de voir son expansion. C’est pourquoi j’ai décidé d’écrire cet article.

 

         Mais tout d’abord, voici quelques informations sur moi-même. J’ai été actif dans la lutte nationale-socialiste à partir de 1973 et fut réellement au centre de la montée de la race aryenne à Marquette Park, Chicago, dans les années 1970. Cette expérience m’a donné une réelle idée de ce que activisme signifie.

 

         Marquette Park était un voisinage habité par tous des Blancs, des gens propres avec un grand nombre de Lithuaniens qui s'étaient enfuis de la belle victoire de la démocratie en Europe de l’Est. Ces gens connaissent la terreur rouge. Ils ne leur fallait pas de cours sur la contribution des Juifs au monde.

 

         Cependant, ces gens voulaient simplement être de bons citoyens de leur pays adoptif, les Etats-Unis. Le règne constant des Juifs aux Etats-Unis était très réel pour eux car beaucoup avaient battu côte à côte avec l’Allemagne contre le bolchevisme juif. Beaucoup étaient des criminels de guerre et depuis beaucoup sont devenus naturalisés Américains, ceci incluant des Lithuaniens, des Polonais, des Ukrainiens, des Roumains et bien entendu des Allemands. Certains ont été déportés vers des pays où le communisme domine pour y être jugés et ont passé le reste de leur vie en prison.

 

         Dans ces circonstances, il n’était pas surprenant de voir qu’ils ne voulaient pas donner d’attention eux-mêmes à leur communauté à travers leur existence en tant qu’actif national-socialiste. Pourtant, nous étions là-bas !

 

         Mais ce n’était pas l’éternel Juif qui a conduit les masses à la frénésie de la Révolution blanche. C’étaient les sauvages Noirs sous-humains qui avaient rampé à travers toutes les villes blanches des Etats-Unis. Naturellement, la peste noire était menée et dirigée par les Juifs, mais pas ouvertement. Les masses réagirent uniquement sur ce qu’ils voyaient, c’était donc l’invasion noire qui radicalisait le peuple.

 

         Nous, Nationaux-socialistes, avons exploité cette énergie et l’avons dirigée en une self-défense blanche, en un phénomène non-entendu en Amérique. Nous avons fait cela à travers un activisme intensif et sur une période de plusieurs années, fondant la fondation chaque jour de force depuis laquelle nous nous battions. Durant les premières étapes, nous faisions cela comme il est encore fréquent de le voir aujourd’hui :

 

         Les actions stickers. Des individus en bande et même des escadrons d’hommes sortaient chaque nuit pour aller coller des autocollants partout dans les rues et pour en remettre aussitôt que les autorités les avaient enlevés. Ces autocollants délimitèrent très rapidement le territoire national-socialiste du quartier.

 

         La distribution de tracts. Nous allions de maison en maison après les heures de travail, jour après jour, semaine après semaine et finalement année après année. Nos hommes allaient distribuer des tracts qui sortaient tout droit de nos imprimeries. Des tracts et des journaux furent imprimés, ce fut génial ! Les habitants commençaient à reconnaître l’ennemi (ex : les nègres), et ses alliés, c’est-à-dire les Juifs anti-Blancs. Enfin, ils réalisèrent que seuls les Nationaux-socialistes pouvaient se battre pour redonner leurs droits aux résidents blancs, ainsi que leurs maisons, leur quartier, leur pays !

 

         Alors que nos activités augmentaient, nous nous faisions connaître. Nous commencions à avoir de la publicité, d’abord locale puis nationale, dans la presse régulière, jusqu’à ce que cela devienne une information quotidienne. Il devint la routine qu’une interview téléphonique ait lieu. Le moment que j’ai préféré était lorsque j’ai dit à un reporter que cela ne m‘intéressait pas de savoir comment des Juifs s’étaient soi-disant fait tuer, mais par contre comment beaucoup d’autres étaient rentré dans leur pays bien ! Il y eu un hurlement de Chicago à Tel-Aviv.

 

         Les rassemblements et manifestations de nos troupes d’action en uniforme devinrent communes au peuple blanc de la ville. Ceci a fait des reportages de télévision excellents et il n’était pas inhabituel de faire la une des journaux plusieurs fois par semaine. Ceci se termina sur une Conférence présidentielle où les Juifs hystériques reportèrent au Président Carter la situation sur les « Nazis ».

 

La machine politique du Maire Delay a tenté – mais échoué – de nous supprimer en raison de notre grand nombre de supporters. Après avoir promis à la télévision de fermer le siège social des Nazis, il cessa immédiatement ses déclarations quand ses spécialistes lui dirent que cela lui coûterait cher en votes du côté sud-ouest de la ville.

 

Enfin, les masses furent prêtes pour le grand test : les élections « communales ». Dans quatre quartiers à travers la ville, on s’est battu avec dents et ongles de porte-à-porte, seulement restreints à cause d’un manque de fonds. (je travaillais plein temps dans une manufacture et donnais tout mon salaire au parti – je travaillais aussi parallèlement gratuitement pour le parti)

 

Maintenant, même les shows télévisés devinrent la routine pour nous. Les gens dans la rue me disaient : « j’ai vu l’un de vos gars à la télévision l’autre soir ! » Ils étaient contents. Le jour des élections fit apparaître quelques surprises.

 

Le Maire Delay contrôlait sa machine avec une main de fer ! Déjà ses électeurs se retournèrent contre lui. Les dirigeants des environs dirent aux gens : « Votez Delay pour la Mairie et les Nazis pour le Conseil Municipal. »

 

Nous avions énormément de voix à la racine, mais lorsqu’ils allèrent à l’étage pour compter les voix, ils furent trompés. L’un de nos membres et sa famille de dix personnes votèrent pour les Nationaux-socialistes, comme le firent la plupart de ses voisins. Mais lorsque les votes furent dépouillés, il n’y avait aucune voix pour les Nazis !

 

En tant qu’assesseur, j’ai attrapé un démocrate professionnel qui avait voté sept fois le même jour ! Je l’ai surpris dans un restaurant en train de raconter ses exploits au juge des élections. Plus tard, lorsque j’exerçais légalement mon rôle d’assesseur, je fus escorté à l’extérieur de la pièce d’examen des scrutins par un officier noir. J’en ensuit contre-attaqué à l’aide de deux officiers du département de l’anti-corruption qui menacèrent le juge des élections (qui avait l’air juif) et j’ai alors été réintégré. Mais l’électeur professionnel a longtemps été parti.

 

Le Système décida de nous donner 15% des voix dans notre quartier le plus fort (5.000). Le vrai chiffre ne sera jamais connu. De l’autre côté, l’autre candidat indépendant était un Noir qui hurlait aussi car il avait été trompé et reçu alors lui aussi les fameux 15%. 30% du quartier avaient déjà été envahis par les Nègres.

 

Après les élections, nous décidâmes de frapper Hydra au cœur avec l’Opération Skokie. La publicité était sans fin et le support avançait à pas de géant. L’argent pleuvait à torrents – toujours pas assez, mais davantage que dans le passé. Et de nouveaux membres rejoignirent nos troupes d’action.

 

Les reporters devinrent tout d’un coup nos amis espérant avoir des scoops pour leur boîte ! Mais bien entendu, ce ne fut pas un lit de roses. Nous étions au tribunal tous les jours, alors que le système faisait du bruit cas après cas contre nous. Les attaques physiques contre notre siège social et contre nos hommes augmentaient, mais ceci aidait à déraciner ces idioties ! Les gars, les choses ne sont plus ce qu’elles étaient. Je serai toujours reconnaissant envers ces mémoires. C’était l’activisme stylé de Chicago. J’ai appris énormément de choses lors de mon ascension depuis les rangs de supporter à ceux de troupes d’action en passant par ceux de Porte-parole et de Représentant de l’Ordre Local.

 

Mais c’était il y a 15 ans. Et maintenant ? Existe-t-il encore de l’activisme ?

 

Oui ! Il y a tellement d’activisme qu’il est presque impossible de tout reporter. L’offensive internationale du NSDAP/AO est justement cela, de l’activisme à l’échelle globale, parfois légale, parfois non. Le mouvement national-socialiste avance à nouveau !

 

Notre Parti est supporté par des Nationaux-socialistes attachés à leur but, des gens qui ont souvent des jobs plein-temps, et qui travaillent encore en plus le soir gratuitement pour le Parti, année après année, donnant leur temps, énergie et argent pour le futur de la Race blanche.

 

Durant ma refamiliarisation avec les opérations du Parti, je dis à mon camarade Lauck que je pouvais essayer des opérations depuis tout en bas. Donc, je commençais par le début : le bureau de poste et de là, la pièce du courrier. (je m’exécutait en avant de chaque lecteur duquel je pouvais avoir un boulot !) Un camarade averti me montra comment emballer et procéder des commandes. Ce n’était pas difficile de faire le journal THE NEW ORDER. Mais c’est différent lorsque vous avez neuf journaux dans neuf langues. Sans compter les stickers ! J’arrêtai de compter lorsque j’atteignit plus de vingt-cinq slogans dans onze langues ! Vous devez alors être systématique et soigneux.

 

Ensuite venait l’affichage des timbres. Je léchait timbre après timbre et les collait sur les enveloppes, pas pour des envois spéciaux, simplement pour les envois de courrier journaliers. Beaucoup de supporters ne réalisent pas le coût de tous ces affranchissements. Je me plaints que les coûts d’envois, surtout pour les envois d’outre-mer et pour des articles comme des stickers, ne cessent d’augmenter petit à petit.

 

Vers où allait toute cette propagande ? Ce jour-là par exemple, le courrier allait particulièrement vers l’Amérique du Sud, où les contacts ont immédiatement été répandus. Et bien entendu, l’Amérique du Nord et l’Europe ont des envois quotidiens. (Même les dimanches, une commande par fax nous provient de Finlande, nous demandant 1000 stickers en finlandais)

 

Ensuite, je commençais à préparer les plus gros paquets pour les pins, les bannières, les drapeaux, les livres … Ma commande préférée était celle reprenant un échantillon de chacun de ces articles. C’était assez habituel, mais le destination était assez surprenante pour moi : Moscou (via une route détournée) ! Même la presse a reporté de l’antisémitisme en Russie, mais je peux confirmer le fait que les Russes blancs détestent les Juifs !

 

Emballer les stickers de swastikas était plus agréable que d’emballer les journaux. La swastika est vraiment le seul symbole international Aryen parce que nos ancêtres l’apportèrent avec eux lors de toutes leurs conquêtes ! Juste comme image, des swastikas sous forme de bannière, pins ou drapeaux sont envoyés chaque jour à des camarades au Brésil, au Canada, en Espagne, en Norvège, en Angleterre et en Australie. En un jour seulement, nous avons du courrier de seize pays différents ! Certains des drapeaux que l’ont montrait à la télévision allemande ont été traités au poste de travail auquel j’étais affecté !

 

Je sentais que j’étais prêt à mettre tout en perspective, car contrairement à Marquette Park, l’offensive mondiale est un géant jeu de montage avec chaque nation qui a de nombreuses petites pièces. Dans un bureau, il y a une rangée de téléphones, copieurs, fax, ordinateurs et imprimantes, le tout connecté avec le monde.

 

Un jour, le premier paquet que j’avais vu provenait d’Argentine et contenait de nombreux journaux en Allemand. J’ai alors commencé à les feuilleter. Au-dessus de la page deux, je vis l’un de nos stickers allemands « Wir sind wieder da ! » (Nous sommes de retour) avec notre adresse inscrite très visiblement. En-dessous se trouvait la lettre d’un camarade. Le reste de la page était consacré à des personnalités du Troisième Reich, bien qu’il se s’agissait pas de la publication d’un mouvement. Le journal était daté du mois précédent. Ceci était donc la raison pour laquelle nos activités ont augmentées en Amérique du Sud.

 

J’ai ensuite entrepris une masse de lettres provenant de Hongrie, d’Espagne, d’Angleterre … Des demandes d’informations, des candidatures pour devenir sponsor officiel, des paiements, des donations et des rapports d’activités des quatre coins du monde. Quel genre d’activité ? A petite échelle ? Oui, la plupart d’entre elles étaient des actions stickers et de la distribution de littérature NS. Mais aussi des activités à plus grande échelle comme des arrestations ou accusations pour charges politiques. (une lettre en particulier mais nous la verrons plus loin)

 

En raison des décalages horaires, les fax arrivaient jour et nuit, sept jours sur sept. Ce jour-là, des fax reportaient une manifestation le soir-même à Dresden en Allemagne. 1000 camarades protestaient contre l’acquittement des tueurs de Rainer Sonntag. (Le camarade Sonntag fut assassiné en raison de ses actions nationales-socialistes héroïques contre les vols juifs et la pornographie dans sa ville bien-aimée de Dresden. Les rues de Dresden étaient remplies par les résidents locaux alors que nos camarades descendaient les rues avec les drapeaux flamboyants. Même la police était sympathisante ; elle n’a d’ailleurs arrêté ni insulté aucun de nos camarades. Dresden est une citadelle nationale-socialiste !

 

Un autre fax d’un camarade national-socialiste nous informait que le fameux documentaire « Wahrheit macht frei », qui a été diffusé dans treize pays, a maintenant une suite « Wahrheit macht frei – Deuxième partie ». Il fut diffusé en Suède le 12 avril. Les deux films décrivent dans les grandes lignes l’activisme global national-socialiste et le rôle important du NSDAP/AO.

 

Soudain, le fax imprima une autre page d’un membre européen, c’est officiel ! Alessandra Mussolini, continuant ouvertement sur la voie fasciste a réussit à atteindre le Parlement italien de manière légale. Salut au Duce ! Entre-temps, un autre camarade raccrochait le téléphone. Il était en train de discuter des quatre versions suivantes de notre publication en Hongrois, avec un camarade hongrois de l’Ouest. Le NSDAP/AO a récemment placé un ordinateur à la disposition de ce camarade, formant ainsi l’imprimerie de la version hongroise de notre journal Új Rend.

 

L’assistance de ce bénévole joua un grand rôle dans la décision d’étendre la version hongroise du journal de quatre à huit pages, moins d’un an après sa parution. La solidarité nationale-socialiste en action a obtenu des résultats.

 

Il traduit ensuite la lettre mentionnée plus haut. Le timbre était croate. Il n’y figurait aucune adresse de retour ni signature. L’auteur stipulait simplement qu’il était supporter national-socialiste allemand et bénévole pour une unité internationale croate. Il continua ensuite à décrire comment son unité avait détruit deux armes ennemies alors qu’elle libérait une ville.

 

Alors que nous parlions de la lettre, notre conversation se tourna naturellement vers Gottfried  Küssel, qui est toujours en prison dans la soi-disant démocratie autrichienne, prétendument pour les déclarations qu’il tint aux télévisions française et américaine, mais aussi à cause de son travail en Croatie.

 

En conclusion, revenons en arrière dans la période de ces grands jours à Chicago. Oui, c’était de l’activisme, du progrès et de la puissance des masses dans la rue… malgré nos faibles ressources et, indubitablement, les erreurs commises. C’est maintenant terminé et rien de la sorte n’existe encore sur le front Nord-américain. Beaucoup de camarades, même les vétérans expérimentés,  furent découragés et renoncèrent à l’activisme politique durant les années 1980 qui furent mortes. Mais le NSDAP/AO continua de construire la machine de propagande indispensable dans les années 1990 et au-delà.

 

Ne désespérez pas ! Le climat politique dans le S.A. juif est changeant. Les masses en ont assez de l’absurdité de l’holocauste juif et en ont ras-le-bol des Noirs.

 

Et cette fois, le combat n’est pas limité à une poignée de voisins comme Marquette Park, Cleveland ou encore comme Boston. Cette fois, le combat est international !

 

Partout dans le monde, de braves camarades se lèvent et combattent ! Le temps est de notre côté, pas du côté de nos ennemis ! Chaque jour, nous devenons de plus en plus forts, car nous sommes unis. Une victoire en Europe ou en Amérique du Sud est une victoire pour tous !

 

Aujourd’hui, votre support est plus indispensable que jamais. Rentrez en action ! Retournez le monde ! Distribuez notre littérature, recrutez, augmentez les fonds et supportez le NSDAP/AO. Nous ne sommes plus seuls, ensemble, nous sommes forts !

 

Heil Hitler !

 

 

 

 

Le NSDAP/AO et

la violence

 

 

 

Les médias caricaturent souvent les Nationaux-Socialistes comme de violents terroristes. Mais comment le NSDAP/AO voit-il réellement la violence ?

 

Le NSDAP/AO ne ferme jamais les yeux ni ne condamne jamais la violence. La violence est tout simplement une méthode. Ce n’est ni bon ni mauvais.

 

En effet, la Révolution Américaine de 1776 était très violente ! La prise du pouvoir par Hitler en 1933, contrairement, était tellement calme qu’elle a été décrite par des amis mais aussi par des ennemis comme « une révolution sans cassure ».

 

 

« La Politique dans l’Art du Possible »

 

Les Nationaux-Socialistes américains jouissent d’une liberté politique plus grande que nos camarades dans d’autres pays. Mais cette liberté pourrait être négligente. Les actions irresponsables peuvent prouver que la liberté peut être parfois criminelle.

 

Il est important de réaliser que les activités occultes sont beaucoup, beaucoup plus difficiles que les activités légales.

 

Ceux qui échouent à l’activisme légal (si bien entendu il s’agit d’un effort sérieux et intelligent à long terme) ne réussiront certainement pas à l’activisme occulte !

 

Dans les pays où le National-Socialisme est illégal, l’activité occulte tombe en deux catégories : violente et non-violente. Ici aussi, le dernier est plus difficile que le premier. C’est spécialement vrai par rapport à notre logique : nous manquons une base étrangère tout à fait sécurisée dans un pays où nous avons le soutient du Gouvernement. (le Gouvernement US tolère la propagande du NSDAP/AO en Amérique, mais il devait supprimer toute base terroriste)

 

Le NSDAP/AO ferme les yeux lui-même sur les activités légales dans les pays où le National-Socialisme est légal … et les activités illégales et non-violentes dans les pays où le National-Socialisme est interdit.

 

 

« Une Alternative à la Violence »

 

Le Gouvernement et les médias anti-NS sont ravis de citer notre message le plus strident pour « prouver » que nous sommes des terroristes ! Cependant, même ces messages ont un but constructif :

 

Comme la répression politique escalades dans les pays comme l’Allemagne, de plus en plus d’activistes nationaux-socialistes indépendants tentent de remplacer ou de compléter nos armes de propagande avec des armes et par d’autres manières. Ceci est, du point de vue humain, complètement incompréhensible ! Dans le but de maintenir une quelque influence modérée dans ces cercles, le ton de la propagande du NSDAP/AO devient de plus en plus militant.

 

En effet, le matériel de propagande du NSDAP/AO offre une alternative (non-violente) de l’activisme politique pour les patriotes d’anciens organismes qui ont été bannis par le régime de Bonn. Si ce matériel n’existait pas, l’autre alternative – la violence – deviendrait de plus en plus apparente pour la plupart des patriotes. Donc, la propagande du NSDAP/AO sert à diminuer et non à augmenter la violence !

 

 

« Un exemple hypothétique »

 

Les citoyens américains trouvent souvent difficile d’imaginer le visage de l’oppression tyrannique infectée sur son propre peuple par le soi-disant gouvernement démocratique d’Allemagne. Au nom de la liberté, ce gouvernement met hors-la-loi toute expression du national-socialisme : partis politiques, littérature, habits, symboles, même les chansons !

 

Dans le but de mieux comprendre la situation, voici un exemple hypothétique :

 

Disons que vous dirigez un mouvement activiste non-violent protestant contre l’avortement aux Etats-Unis. Au milieu de la nuit, vous êtes réveillé par le bruit de personnes qui enfoncent votre porte et qui entrent chez vous. La chose qui suit est que vous êtes confrontés à des hommes habillés civilement et pointant des armes contre vous ! Vous ne savez ni qui ils sont, ni s’ils projettent de vous tuer vous ou votre famille. Vous savez que toute résistance serait du suicide.

 

Enfin, vous êtes surpris d’apprendre que ces gens sont des policiers. Mais vous êtes encore plus surpris d’apprendre qu’ils ont un mandat et qu’ils vont vous arrêter sans aucune charge valable.

 

Arrivé au poste de police, on vous apprend que vous êtes complice dans une histoire de terrorisme.

 

Après quelques jours ou quelques mois passés en prison, votre avocat vous rend visite. L’évidence contre vous est extrêmement mince.

 

Il se révèle quelqu’un que vous n’avez jamais rencontré – et qui n’a jamais été membre de votre organisme anti-avortement – jetant un cocktail Molotov contre la façade d’une clinique anti-avortement. Lorsque la police fouille son appartement, elle trouve un assortiment de littérature anti-avortement, dont l’un des dépliants contient le nom de votre organisme et ayant été distribué en grand nombre d’exemplaires.

 

Ce simple dépliant n’est pas assez comme preuve pour convaincre un juge ou pour vous arrêter !

 

Six mois ou un an passent avant votre période d’essai. Durant les procédures, votre avocat stipule comment les charges sont ridicules. Il est évident que rien n’est assez solide.

 

Lorsque la sentence est prête à passer, votre confidentialité reste. Vous êtes certain d’être acquitté ! Mais le juge trouve que vous êtes coupable !!!

Il décide de vous donner trois années d’emprisonnement (vous pensez à votre femme et à vos enfants et le moyen par lequel ils survivront financièrement).

 

Le juge a décidé que la lecture de votre littérature a incité des terroristes à lancé une bombe dangereuse et vous êtes accusé en tant que la source du problème.

 

Vous allez en prison. Tout appel est inutile. Vous passez trois années entières en prison. Ceci arrive à des douzaines, voire centaines de vos activistes.

 

Pire encore, le gouvernement interdit tout organisme anti-avortement dans le pays entier, prétendant qu’elles sont équivalentes à des organismes criminels. Et la distribution de dépliants anti-avortements est donc un crime punissable jusqu’à cinq années d’emprisonnement.

 

Pensez à cela !

 

C’est ce qui arrive aujourd’hui à des militants de l’anti-immigration en Allemagne « démocratique ».

 

C’est pourquoi le potentiel pour la violence augment et ne diminue pas. Ceci à cause du Gouvernement de Bonn !

 

En effet, Bonn fait tout pour encourager le terrorisme. Il veut une excuse pour tenter de justifier le « lourd passé ».

 

 

 

« Davantage de preuves »

 

Question : Quelle est la peine maximale que l’on peut avoir en Allemagne pour participation à un incident national-socialiste ? Réponse : cinq ans !

 

Question : Quelle est la peine maximale que l’on peut avoir en Allemagne pour participation à un trafic d’armes et de bombes ? Réponse : trois ans !!!

 

 

« Conclusions évidentes »

 

D’abord, le gouvernement de Bonn n’est pas une démocratie libre. C’est un régime répressif.

 

Ensuite, Bonn est plus effrayé par l’activisme national-socialiste non-violent que par la terrorisme.

 

Enfin, Bonn cherche à provoquer la contre-attaque terroriste – une forme extrême de self-défense lancée par désespérance – dans le but de justifier dans grande répression.

 

 

« Démocratie » et « Souveraineté » réfutés par l’abolition NS

 

 

 

Qu’est-ce que le NSDAP/AO veut ?

 

La liberté politique !

Supprimer l’abolition du national-socialisme !

 

C’est tout ce que nous désirons. Nous voudrions présenter nos vues au public. Nous voudrions participer aux élections démocratiques. Les Allemands devraient avoir le droit de voter pour nous, s’ils le désire.

 

Le refus de ce droit est contraire à deux lois fondamentales :

 

§  Le gouvernement de Bonn est une démocratie libre.

§  Le régime de Bonn est un Gouvernement souverain qui représente le peuple allemand, en opposition au régime fantoche établit par les ennemis durant la Seconde Guerre mondiale, aussi appelés Pouvoirs Alliés.

 

Il est très significatif que les officiels de Bonn cherchent parfois à justifier l’abolition nationale-socialiste en référence aux lois mises en place par les Alliés …

 

Pire encore, la légalisation simultanée et plus forte encore des partis communistes (financé par l’ex-Bloc de l’Est communiste et par l’Union Soviétique) prouve clairement que l’abolition NS n’était et n’est pas dirigé vers un régime totalitaire qui est contre la démocratie. Sinon, le régime démocratique interdirait à la fois les partis communistes et nationaux-socialistes.

 

La contradiction apparente a seulement une signification : les Communistes, en tant qu’alliés contre l’Allemagne nationale-socialiste, étaient et sont toujours autorisés à participer à l’actuel gouvernement en tant qu’alliés, et qui représentent l’Allemagne comme un Empire allemand. Donc, d’après leur résonnement, la population n’a pas le droit de voter pour le parti de leur choix sans que pour cela soit d’abord approuvé par l’ennemi, bien que cela soit démocratique ou même communiste … en effet, tout sauf national-socialiste !

 

La vraie démocratie allemande est impossible sans que l’abolition nationale-socialiste ne soit relevée.

 

La souveraineté allemande est impossible sans que l’abolition nationale-socialiste ne soit relevée.

 

 

« Peur de leur propre peuple »

 

Pourquoi les politiciens de Bonn hésitent-ils à simplement légaliser le National-Socialisme ? Parce qu’ils ont peur de leur propre peuple !

 

Ils ont peur du grand nombre de militants nationaux-socialistes qui pourraient remporter la victoire en Allemagne.

 

L’abolition et l’augmentation de la répression prouve plus que n’importe quoi d’autre l’expansion de cette peur.

 

Si le mouvement national-socialiste manque de support du peuple allemand, comme décrit par le régime de Bonn, alors la solution est simple :

 

Enlevez l’abolition. Permettez aux Nationaux-Socialistes de participer aux élections. Et pointez ensuite le petit nombre de votes et exclamez-vous : « Regardez, on vous avait dit qu’ils n’avaient pas de supporters en Allemagne ! »

 

Pourquoi Bonn hésite-il ? Pourquoi Bonn cherche-t-il à provoquer une campagne de terrorisme ? (A la communiste comme avec le « Red Army Fraction » dans les années 1970)

 

Il n’y a qu’une seule explication : Bonn a peur. Bonn ment. Bonn sait qu’un grand nombre d’Allemands sont sympathisants nationaux-socialistes.

 

 

« Liberté ou Révolution ? »

 

Les politiciens de Bonn doivent considérer ceci :

 

Si le mouvement national-socialiste arrive au pouvoir par la voie légale, la révolution sera calme. Et de généreuses contreparties seront alors accordées à ses ennemis (comme en 1933)… Mais si la révolution est violente et est accompagnée par un grand nombre de morts, les ennemis seront difficilement traités (comme aux essais de Nuremberg).

 

Beaucoup de travailleurs du gouvernement allemand et même la police réalisent ceci. Ils évitent de participer à l’actuelle campagne de répression. Quelques-uns même aident en donnant des conseils. (si cent policiers sont impliqués dans un raid, seul un d’entre eux est utile pour que le coup foire) Je connais beaucoup d’incidents similaires.

 

Les politiciens de Bonn sont des matérialistes opportunistes. Ils peuvent être de bonne volonté pour la persécution, l’emprisonnement et même l’exécution pour la soi-disant démocratie, mais il ne sont pas de bonne volonté pour souffrir ou même mourir pour leur cause.

 

De l’autre côté, nous avons les Nationaux-Socialistes qui sont des idéalistes décidés. Ils ne se contentent pas d’être de bonne foi, ils sont aussi prêts à souffrir et même, si nécessaire, mourir pour leur cause.

 

C’est pourquoi nous pourrions éventuellement gagner !

 

Nous prévenons Bonn :

 

LIBERTE OU REVOLUTION !

 

Ceci ne veut bien entendu pas dire que nous aurons la liberté par la révolution.

 

Nous, Nationaux-Socialistes, désirons convaincre les gens, pas les tuer ! Nous, Nationaux-Socialistes, désirons participer aux élections, pas exploser des bombes.

 

Si la liberté se fait trop longue à avoir, si la répression atteint un certain degré, la révolution – que nous le voulions ou non – deviendra inévitable.

 

Nous, Nationaux-Socialistes, demandons :

 

LEVEZ L’ABOLITION DU NATIONAL-SOCIALISME !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chronologie du NSDAP/AO

 

 

 

1972

Printemps. Le NSDAP/AO est fondé.

 

1973

Première édition de la version allemande NS-Kampfruf publiée. En automne, c’est un quotidien. L’impression de stickers à la swastika passe de 1.000 à 100.000 à la fois.

 

1974

10 novembre – 6 décembre. Le speech de Lauck à Hambourg résulta sur les gros titres du journal Hamburger Morgenpost. Le Ministre de l’Intérieur de Hambourg ordonna la déportation de Lauck. Lauck resta occulte quelques temps et quitta l’Allemagne volontairement.

 

1975

Avril. Première édition de la version anglaise NS REPORT publiée. Plus tard, elle sera renommée THE NEW ORDER.

 

 

1976

Mars – Juillet. Gerhard Lauck est arrêté en Allemagne avec 20.000 stickers frappés de la swastika. Après avoir passé quatre ans et demi en prison, il est punit de six mois de probation et est déporté. Pendant ce temps, il écrit le plan de stratégie du NSDAP/AO : « NSDAP/AO : Strategie, Propaganda und Organisation ».

 

3 décembre. Le FBI menace Lauck à l’aide du Grand Jury car un sticker frappé de la swastika a été collé sur la porte d’un politicien noir à San Francisco.

 

1977

15 mars. Lauck retourne en Europe pour un mois. Son action principale sur le continent est un succès sans aucune surveillance policière. Après une période de quatre semaines, le Secrétaire d’Etat Britannique refuses deux fois l’entrée ou même la sortie de Lauck et l’expulse du pays. Il fut d’abord détenu en Belgique, et ses bagages sont recherchés cinq fois.

 

Le Rapport Annuel de la Police Politique Allemande de 1977 rapporte l’expansion massive de la propagande nationale-socialiste. Entre 1974 et 1977, il estime que le nombre d’activistes est grimpé de 100 à 900 et les « actions  swastika », elles, ont monté de 20 à 410, à cause du NSDAP/AO !

 

1978

Septembre. Le TNO#17 mentionne l’inculpation de Lauck et spécule des accusations d’un possible terrorisme plus tard.

 

1979

Janvier. Deux tours de la télévision allemande sont détruites alors que le film « Holocauste » passait.

 

21 janvier. Interview de Lauck avec Dan Rather dans le show télévisé CBS Sixty Minutes. L’adresse postale du NSDAP/AO fut montrée brièvement au début et à la fin, ceci résultant sur un flux énorme de courrier. Il fut redonné le 15 juillet.

 

Juillet. Le Ministre de l’Intérieur allemand Gerhard Baum et le Procureur Fédéral Kurt Rebmann informent la presse de leurs investigations contre le NSDAP/AO, notant qu’il avait été en relations avec des terroristes néo-nazis en 1978.

 

23 août. Gerhard Lauck témoigne un essai au plus grand terroriste allemand néo-nazi d’après-guerre Michael Kühnen après avoir été libéré.

 

1981

25 juin. Lauck inculpé à Sweibrücken pour la distribution de propagande NS.

 

1982

29 juin. L’agent Howard du FBI rend visite à Lauck, prétendant avoir des réclamations de grands transferts d’espèces, l’accusant de terrorisme et le menace d’entreprendre des actions légales pour mettre fin à sa distribution.

 

1983

Martin Mendelsohn, chef du Simon Wiesenhal Center à Los Angeles, complimente Lauck dans une lettre, le nommant comme étant le plus dangereux nazi américain dans tout le pays à ce jour.

 

5 octobre. Le gouvernement canadien bannit la publication THE NEW ORDER du NSDAP/AO.

 

1988

Lauck est appelé à comparaître au Tribunal de Bremen pour ses activités de propagande le 6 décembre.

 

1989

Lauck reçoit une amnistie limitée de la Court de Frankfort pour témoigner à un autre procès contre Michael Kühnen (comme il l’a fait en août 1979). Cependant, le tribunal déclare aussi plusieurs arrestations contre Lauck ordonnées par d’autres tribunaux allemands et cette offre ne s’applique pas à ces accusations. Lauck refuse.

 

1990

Le Mouvement National-Socialiste et le NSDAP/AO s’étendent massivement lorsque le Mur de Berlin s’effondre.

 

Juillet. Lauck et Kühnen sont interviewés par la télévision suédoise au Danemark et à Berlin Est. Ce documentaire, Wahrheit macht frei, est passé plus tard dans seize pays.

 

Le NSDAP/AO lance le journal SVERIGES NATIONELLA FÖRBUND en suédois en tant que projet d’alliance avec l’organisme national-socialiste suédois SNF.

 

1991

Août. Le NSDAP/AO lance le journal ÚJ REND en hongrois.

 

Septembre. Lauck donne une série de meetings en Europe du Nord.

 

1992

2 janvier. ABC-Frontline passe l’interview de Gerhard Lauck avec l’Autrichien Gottfried Küssel.

 

7 janvier. Gottfried Küssel est emprisonné en Autriche pour avoir demandé la liberté politique dans une interview à une chaîne américaine. Pas de passage avant juillet 1999.

 

Offensive mondiale – le NSDAP/AO lance simultanément des journaux dans cinq langues supplémentaires : Français, Néerlandais, Espagnol, Portugais et Italien.

 

9 mars. Gerhard Lauck témoigne au procès NS le plus long dans l’histoire de l’après-guerre allemande à Stuttgart après qu’une amnistie temporaire lui ait été accordée.

 

Simon Wiesenthal Center titre son journal « Je pense qu’Adolf Hitler est le plus grand personnage qui n’ait jamais existé … mais je trouve qu’il était trop humain. »

 

Eté. Le NSDAP/AO sponsorise le programme Race & Reason produit à Tampa en Floride pour la télévision publique.

 

Eté. Le NSDAP/AO publie sa première mini-édition du TNO.

 

Eté. La brigade internationale NS se bat en Croatie.

 

Juillet. Nouveau matériel du NSDAP/AO : neuf journaux grand-format en huit différentes langues sont publiées en un mois.

 

Décembre. Le NSDAP/AO lance le dixième journal NS FAEDRELANDET en tant que projet d’alliance avec l’organisme NS danois DNSB.

 

Décembre. La police politique allemande forme des brigades contre le NSDAP/AO. Le procureur de Hambourg met en place des procédures contre le NSDAP/AO et confisque son matériel.

 

Décembre. La répression anti-nationaliste en Allemagne s’intensifie. Durant les 15 mois suivants, dix autres groupes nationalistes furent interdits, résultant sur de nouveaux recrutements dans le national-socialisme occulte.

 

1993

Le programme télévisé Race & Reason est diffusé de une à seize villes à travers les USA.

 

5 janvier. Le premier « Legal Air Request » allemand est présenté au gouvernement américain. Les requêtes de raids aux USA demandent l’extradition des leaders du NSDAP/AO en Allemagne. L’offensive : activités de propagande.

 

Le NSDAP/AO finance le journal NS russe Our March imprimé en Russie.

 

19 mai. Meeting à Cologne entre les officiels du gouvernement US et ceux du gouvernement allemand. Ils suggèrent de modifier le LAR.

 

28 mai. La police criminelle allemande déclare qu’elle ne voit pas le rapport entre le matériel du NSDAP/AO et la violence.

 

21 juin. Deuxième LAR. Accusation supplémentaire. Incitation au meurtre, insulte raciale. C’était la suggestion des USA le 19 du même mois !

 

3 juillet. Interrogatoire de Turncoat Hasselbach.

 

20 juillet. La police politique allemande prétend que le NSDAP/AO distribue des disquettes pour PC avec des instructions pour fabriquer des bombes.

 

Août. Le rallie annuel Rudolf Hess rassemble plus de 6.000 patriotes, mais aussi la présence de 10.000 policiers.

 

Août. Gerhard Lauck rend visite aux bénévoles NS en Croatie et est interviewé par la télévision croate.

 

1 septembre. Le bureau des étrangers d’Allemagne déclare à leur ambassade de Washington DC l’importance du cas Lauck.

 

15 novembre. Meeting Allemagne/USA. Les Etats-Unis proposent une investigation du terrorisme NS.

 

24 novembre. Les officiels allemands acceptent l’option du terrorisme ci-dessus.

 

2-19 décembre. Trois interrogatoires de Hasselbach supplémentaires.

 

22 décembre. Troisième LAR. Maintenant sur la base du terrorisme.

 

Décembre. Le gouvernement allemand accuse officiellement le NSDAP/AO d’organisme terroriste.

 

Fin de l’année. Le directeur du FBI Freeh se rend en Allemagne. Il sollicite l’aide des autorités allemandes pour se mettre contre le NSDAP/AO.

 

1994

20 février. O. Globo (télévision brésilienne) diffuse une interview avec Lauck.

 

1 mars. Le procureur demande au Président du BND (CIA allemande) son aide.

 

2 mars. Le camarade du NSDAP/AO Martin Freling est élu au Conseil de Rotterdam, Pays-Bas.

 

17 mars. L’Ambassade US à Bonn donne des informations sur Lauck aux Allemands.

 

23 mars. Le BND refuse d’aider. Il confirme au président Helmut Kohl.

 

31 mai. Trois ministres – incluant Intérieur, Justice et Poste – discutent sur les lignes de téléphone du NSDAP/AO aux USA. Du jamais bu ! Un projet pilote !

 

Août-Décembre. Mise sur écoute de quatre, par après cinq, des lignes téléphoniques du NSDAP/AO. Après quelques mois, le projet est stoppé en raison des légers résultats.

 

Au meeting des Ministres de l’Intérieur, l’Allemagne demande à ses voisins de l’aider à stopper l’introduction de matériel du NSDAP/AO en Allemagne.

 

7 septembre. Le gouvernement allemand prévoit d’arrêter Lauck lorsqu’il apprend qu’il veut se rendre au Danemark.

 

22 novembre. La télévision hongroise diffuse l’interview de Lauck filmée en Croatie.

 

28 novembre. Le Conseil de la ville de Lincoln est résolue d’honorer le NSDAP/AO.

 

Les médias allemands distribuent l’information selon laquelle le gouvernement allemand demande au gouvernement américain de l’aider à lutter contre le NSDAP/AO chaque mois !

1995

Investigation du FBI sur Lauck pour ses prétendus contacts terroristes résultant sur « l’Opération Evacuation d’Urgence » du NSDAP/AO.

 

6 mars. Mandat d’arrêt allemand contre Gerhard Lauck renouvelé.

 

7 mars. Lauck dit à un reporter de CBS qu’il ‘attend à être arrêté dans la semaine, mais qu’il le rappellera le 15 du mois pour reprendre un rendez-vous pour une interview ultérieure.

 

15 mars. Lauck prévoit une interview avec CBS au Danemark pour le jour qui suit, c’est-à-dire le même jour que la proclamation d’une législation au Nebraska dénonçant le NSDAP/AO. Le DNSB (allié danois du NSDAP/AO) envoie aussi des fax à d’autres médias.

 

16 mars. CBS interview Lauck au siège social du DNSB au Danemark. Lauck dit que les rafles et les arrestations sont imminentes, mais que le NSDAP/AO est préparé et qu’il survivra, qu’il continuera le combat.

 

15 mars. L’Allemagne décharge un mandat d’arrêt contre Lauck, qui est maintenant recherché dans vingt pays.

 

17-20 mars. Les lignes d’information téléphonique nationalistes de Hambourg et ailleurs que ces raids contre le NSDAP/AO sont imminents.

 

20 mars. Lauck est arrêté au Danemark sous un mandat d’arrêt international depuis l’Allemagne. Il passe les quatre années suivantes dans six prisons différentes au Danemark et en Allemagne.

 

23 mars. 800 raids de police dans 60 installations. Peu de personnes sont arrêtées mais plus tard, certains marginaux seront punis d’une amende pour possession de matériel de propagande du NSDAP/AO.

 

28 mars. Le procureur général prétend que le NSDAP/AO est un organisme terroriste dans au moins cinq pays : Allemagne, Autriche, Danemark, Pays-Bas et Espagne.

 

Mai. Le NSDAP/AO s’étend sur Internet.

 

4 mai. Le Ministre de la Justice danois ordonne l’extradition de Lauck. Lauck conteste.

 

6 juin. La court locale refuse la contestation de Lauck. Lauck fait appel.

 

8 juin. Le rapport interne BKA déclare que le VS et le FBI ont sous-estimé le NSDAP/AO comme démontré par la continuité de ses opérations des mois après l’arrestation de Lauck.

 

23 juin. La court régionale danoise refuse l’appel de Lauck. Lauck fait appel à la Court suprême danoise.

 

24 août. La Court suprême danoise approuve l’extradition de Lauck en Allemagne.

 

24 août. Lauck demande l’asile politique. Rejeté.

 

1 septembre. Lauck demande l’asile politique sur des bases humanitaires. Rejeté.

 

5 septembre. Lauck s’envole pour Hambourg dans un avion privé accompagné d’une douzaine de policiers danois et est ensuite transporté à la prison IA dans une limousine blindée. Le jour suivant, il est transporté à la prison VI, niveau de sécurité maximal.

 

Automne. Campagne de protestation avec l’Alerte aux Voyageurs visée par les touristes allemands.

 

10 octobre. Le journal Offenbach Post fait référence à l’échec américain de la continuité des actions du NSDAP/AO malgré l’arrestation de Lauck.

 

1996

25 janvier. Lauck est inculpé. (dossier principal de plus de 3600 pages accompagné d’un supplément de 159 dossiers)

 

28 février. Radio Oasis, la radio ouverte du DNSB au Danemark, commence à émettre.

 

8 mars. La sentence du tribunal poursuit la détention de Lauck prononçant le danger d’une évasion vers le Moyen-Orient.

 

16 mars. Le Ministre de la Justice allemand Schmidt-Jorzig annonce qu’il y eu 5570 cas d’arrestations en 1995 pour des personnes détenant du matériel de propagande NS.

 

8 mai. La presse de Hambourg qualifie Lauck du plus grand terroriste néo-nazi du monde entier, publiant 20.000 éditions du journal NS-Kampfrufs

 

9 mai. Le procès de Lauck commence à Hambourg au milieu de la presse internationale.

 

10 mai. Le juge allemand ne tient pas compte des termes de l’extradition et déclare que la sentence pour Lauck pourrait être de 14 et onze mois contre cinq ans.

 

22 août. Lauck est condamné à quatre ans d’emprisonnement sur base d’un seul chef d’accusation : publication légale de six publications à l’intérieur des Etats-Unis. Une sentence sans précédent. Réaction des médias : le Ministre de l’Intérieur Kanter et d’autres politiciens approuvent. Le pote-parole d’ADL proclame que cela ne fera qu’augmenter l’envie à Lauck de recommencer lorsqu’il sortira.

 

Novembre. Le Ministre de la Justice allemande Nehm menace publiquement d’arrêter les Américains dont les sites Internet sont autorisés aux Etats-Unis mais interdits en Allemagne. Proclame la juridiction parce que ces sites sont accessibles depuis l’Allemagne.

 

11 décembre. Un officiel du Gouvernement néo-zélandais écrit que la littérature du NSDAP/AO y est illégale.

 

1997

5 mars. Appel fédéral de Lauck rejeté.

 

Avril. Lauck (non-fumeur) est transféré dans une prison I, mis dans une cellule avec huit fumeurs, drogués et homosexuels. En dépit des détériorations de santé causées par ces conditions de survie et des menaces de son avocat de poursuites contre la prison, il y demeure deux mois. Il est ensuite transféré dans une cellule isolée.

 

8 avril. Semi libération sous condition, la routine pour les citoyens non-Allemands, mais rejetée sur la base que Lauck reprendrait ses publications une fois aux Etats-Unis.

 

4 juin. La Court suprême allemande refuse d’écouter l’appel de Lauck.

 

1 août. Lauck appelé au tribunal de Dresden, mais il refuse d’y témoigner. A la place, il défie les autorités de reconnaître que les accusations terroristes contre lui sont des mensonges ou de l’accuser tout de suite pour terrorisme.

 

1998

29 janvier. Appel encore refusé car Lauck refuse de renoncer aux droits du Premier Amendement.

 

Août. Le censure postale de Lauck à la prison est renforcée.

 

25 août. Lauck est menacé d’actions légales supplémentaires se référant lui-même comme un prisonnier politique dans une lettre adressée à un avocat danois regardant le non-intérêt allemand pour les termes de son extradition.

 

6 novembre. Lauck est menacé d’actions légales supplémentaires pour sa campagne américaine légale.

 

1999

Nouvel enregistrement de quatre versions du NSK publiées durant les six mois précédent la libération de Lauck.

 

23 mars. Lauck est escorté depuis Hambourg, via Paris, à l’Aéroport international de Chicago par deux policiers allemands. Reprise immédiate de son activisme libre de parole.

 

Avril. NSK#125 publie un avertissement légal que les officiers de la BRD sont personnellement responsables des crimes causés sous le régime de la BRD et prévoit des contre-mesures totalement légales.

 

Printemps. Le Gouvernement fédéral américain déclare Lauck comme un coupable inévitable sur seule base de sa condamnation allemande pour la publication légale de journaux aux USA. Lauck commence ses actions légales.

 

3 juillet. Lauck s’adresse au Congrès International des Nations Aryennes dans l’Idaho et donne trois interviews télévisées le même week-end.

 

30 juillet. La Court locale rejette l’appel de Lauck contre son refus d’application de port d’arme mais laissa le thème du Premier Amendement sans réponse. Le conseiller juridique de la police fait référence que cette affaire irait à la Court suprême des Etats-Unis.

 

14 août. Après une interview télévisée de deux heures, Lauck s’adresse au Forum Nationaliste en Californie du Sud.

 

15 août. La campagne ALERTE AUX VOYAGEURS est lancée avec une distribution de dépliants à l’Aéroport International de Chicago, devant le stand de la Lufthansa. KETV filme à la fois les interviews de Lauck et la campagne à l’aéroport. Le 9 septembre 1999, le tout sera diffusé.

 

Septembre. Le CD de propagande est introduit en plusieurs langues proposant la production de sites différents proposant le matériel de propagande du NSDAP/AO incluant les stickers de la swastika, les journaux, les posters …

 

6 octobre. Le NSDAP/AO lance un second site bilingue basé en Suède. Plus tard ce mois-là, les deux sites seront disponibles en dix langues.

 

15 octobre. La Court refuse l’appel de Lauck. Il prépare un autre appel.

 

27 octobre. La télévision suédoise fait rapport du second site du NSDAP/AO basé en Suède.

 

24 octobre-3 novembre. Un nouveau record :six versions du NSB sont produites chacun dans une langue différentes sur une période de dix jours.

 

4 novembre. Après un avertissement de mandat d’arrêt, Lauck se tourne vers la police de Lincoln. Il apprend qu’il est punissable de cinq ans d’emprisonnement et/ou d’une amende de 10.000 dollars pour la non-révélation de sa condamnation en Allemagne. Il est libéré sur caution le même jour.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Citations des médias

 

 

 

La reconnaissance de l’ennemi est probablement le moyen le plus sincère et de là significatif …

 

 

« L’activisme occulte du NSDAP/AO pour la recréation d’un système fasciste en Allemagne et en Europe de l’Ouest décrit son efficacité dans sa lutte contre les forces de police des états ouest-européens, depuis son travail occulte. Comme le nom lui-même le dit, les jeunes Nationaux-socialistes se battent pour le soulèvement et l’abolition de l’interdiction et de la légalisation de leur méthodologie, de leur idéologie et de leur politique, qui sont enflammées et qui encourage la haine raciale. »

 

« Un autre matériel strictement confidentiel à propos de cet organisme, qui agite à travers un vaste front par-delà la cellule du système, prouve certainement que les jeunes membres se battent contre le terrorisme qui sont responsables d’avoir brûlé la maison de réfugiés, qui sont attaqué les bureaux de partis et organismes de gauche, et responsables d’autres actions illégales comme les cassages. »

 

« Les dégâts causés par le NSDAP/AO sont difficiles à estimer. C’est considérable vu les lourdes sentences prononcées contre les jeunes activistes. Si la police est capable de – ce qui arrive rarement – les attraper aussi bien que par le distribution immense de matériel de propagande, qui inonde l’Europe de l’Ouest et qui provient tout droit des USA. »

 

« La longue liste d’activistes du NSDAP/AO qui sont morts ou qui se sont suicidés est la mesure la plus sure que ces combattants pour la cause nationale-socialiste sont les plus endurcis et des suivis fanatiques de Hitler. »

 

« Dans un rapport spécial plus tôt cette année sur les néo-nazis allemand, l’ADL qualifia Lauck du propagandiste le plus dangereux du mouvement. – Los Angeles Times, 7 septembre 1993. »

 

« Le problème de la montée du néo-nazisme en Allemagne, les manifestations de violence en Amérique et la récent expansion de Lauck vers de nouveaux marchés de haine dans d’autres pays sonnent l’alarme dans les agences qui surveillent l’activité extrémiste… »

 

« L’Agence dit que Lauck est le principal fournisseur de propagande à l’occulte nazisme allemand. »

 

« Dans les années passées, le Chancelier Helmut Kohl fit plusieurs tentatives pour convaincre les Américains combien il était important de stopper l’impression de matériel ou l’exportation de matériel. »

 

« Depuis le Midlands, les contacts Internet de Lauck s’étendent jusqu’en Europe et en Amérique du Nord et du Sud. Il fournit de la propagande, des encouragements, dirige et donne de l’argent aux partis de la droite radicale ou racistes dans les pays à prédominance blanche … »

 

« Essayer de le garder en dehors de leur pays, les autorités allemandes ont une fois arrêté Lauck pour quatre mois. Ils l’ont banni pour la vie. Mais ils n’ont pas étouffé sa participation. Depuis la chute du mur de Berlin, leur problème – et le réseau allemand de Lauck – a grandi ! »

 

« D’ailleurs, les deux années précédentes, Lauck s’est étendu dans plus de trente pays. Son organisme publie des trimestriels en Anglais, Allemand, Suédois, Danois, Hongrois, Flamand, Français, Espagnol, Portugais et Italien. Il envoie aussi des dollars américains et des marks allemandes pour financer un journal russe imprimé sur place… »

 

« L’année dernière, Lauck s’est aussi plaint de ses opérations américaines. Il sponsorise deux shows télévisés prônant la suprématie blanche sur des chaînes publiques dans quinze villes américaines. »

 

« Le Ligue d’Anti-diffamation Juive, B ‘nai B’, qui a surveillé Lauck tout au long de sa carrière, l’appelle un raciste de classe mondiale dont les expansions subviennent à la cause de l’intérêt international. »

 

« Il a tous les éléments pour être important dans le monde de la haine, a dit Robert Wolfson de Ohama, directeur des Plaintes régionales de la Ligue Anti-diffamation. Ceci est une opération large et bien fondée qui a une vision internationale, une idée raffinée de ses buts et tactiques, et la signification de faire quelque chose à propose de celui-ci. »

 

« Wolfson prévoit que Lauck utilisera ses nouveaux appuis européens et scandinaves pour tenter de légaliser le nazisme comme une option politique internationale et pour augmenter le pression sur l’Allemagne pour légaliser le parti. »

 

« Il y a un confluent d’événements qui font un homme de cette manière plus important qu’il y a vingt ans, a dit Wolfson… »

 

« Dans plus de 200 investigations criminelles en 1992, la propagande de Lauck fut trouvée dans la criminalité et dans la recherche de suspects présumés. »

 

« Une fois tous les trois jours, nous produisons soit un journal à sensation au format professionnel soit un show télévisé, a dit Lauck, sans compter le traitement des commandes et des faxes, ainsi que des interviews et bien plus encore … »

 

« Ses déclarations sont enregistrées par les agences qui sont ses ennemis. – Sunday World-Herald (Ohama) 26 septembre 1993. »

 

« Les néo-nazis allemands se sont tournés vers une connaissance américaine comme le Führer de la ferme pour les instructions sur comment avoir la police et faire exploser des immeubles, si l’on en croit un informateur nazi. »

 

« L’Américain Gary Lauck de Lincoln, Nebraska, a eu une mauvaise réputation en tant que plus grand imprimeur de propagande néo-nazie. »

 

« Je pense que ceci est une partie d’une campagne du Gouvernement allemand, dit-il. Ils ont essayé pendant des années de nous mettre hors-la-loi. Le concept allemand de la démocratie est juste différent du nôtre. »

 

« Les officiels allemands, en ait, ont été appelés à prendre des mesures sur la propagande de Lauck. »

« Tard l’année dernière, Lauck fut au centre d’une discussion à Bonn entre le Directeur du FBI Lewis Freeh et son correspondant allemand.

 

« Les officiels allemands ont demandé à Freeh de l’aide pour garder le matériel de Lauck en dehors de l’Allemagne. »

 

« Freeh supposa que les Etats-Unis pouvaient être capables de faire plus s’ils pouvaient prouver que Lauck fut plus qu’un simple propagandiste. »

 

« Il y a une ligne rectiligne qu’un individu peut dépasser en s’exprimant librement, et commencer à assister et encourager (un crime en Allemagne), dit-il. »

 

« Selon l’ex néo-nazi Ingo Hasselbach, Lauck a fait exactement cela. Dans une interview récente, Hasselbach déclara que Lauck était devenu une figure dominante dans le mouvement de la droite allemande et pas seulement appelé pour le terrorisme, mais aussi pour la fourniture des instructions nécessaires. »

 

« L’influence de Lauck a grandit subitement après que les autorités allemandes aient banni la plupart des partis de droite et forcé leurs leaders à continuer leurs activités de manière occulte, selon Hasselbach, qui s’est résigné du mouvement de droite l’année dernière, après quoi il dénonça toute la violence. »

 

« Hasselbach, qui a une fois conduit la plus grande troupe de skinheads à Berlin, dit que Lauck encourage les néo-nazis allemands à combattre l’abolition du gouvernement avec une campagne de terrorisme. »

 

« Il m’envoya une lettre dans laquelle il dit que la voie politique légale avait échoué et que nous devions penser à des attaques contre les institutions juives et aux Jeux Olympiques 2000, a dit Hasselbach. Avec cette lettre, je reçus une disquette pour PC contenant un document intitulé « Un Mouvement Armé ».

 

« Lauck a aussi fournit au groupe les instructions détaillées pour la fabrication de bombes et sur les lieux où les placer pour qu’elles aient un maximum d’effet, a dit Hasselbach… »

 

« Lauck a traité Hasselbach de traître pour la cause et peut-être un outil des services intelligents allemands. – The Buffalo News, 13 février 1994. »

 

« Ouvertement et non-interdit par les autorités, il imprima plus de 20.000 copies du journal interdit NS-Kampfruf tous les deux mois et les envoyèrent en Allemagne. Il produit des stickers à la swastika par millions. »

 

« Du point de vue du Bureau Allemand pour la Protection de la Constitution, Le NSDAP de Lauck est le plus important fournisseur de publications fascistes pour les nazis allemands. Gary Lauck lui-même estime que 95% des publication et de la littérature extrémiste de droite allemande vient de chez lui. Par tonne, il importe du matériel à l’intérieur du Reich. Le matériel de propagande de Lincoln a été connectée à 72 crimes violents en 1992 seulement. »

 

« En Allemagne, Freeh va discuter de la manière de stopper le flux de propagande, argent – et, peut-être même assistance paramilitaire – depuis les groupes suprématistes blancs américains aux néo-nazis allemands et aux skinheads… »

 

« Selon les renforcements de la loi allemande, Freeh discute aussi de si les lois sur la conspiration pourraient être utilisées contre les Américains qui essayent de violer la loi allemande arrêtant les contrebandes nazies. »

 

« Freeh va faire de cela un thème majeur de son voyage, ajouté d’un officiel US … »

 

« Le FBI a déjà implanté des agents en Allemagne pour des incidents comme les vols de banques, le crime organisé, la mise sur écoute, et l’augmentation de boîtes à messages linkant vers des groupes d’extrême droite de par le monde. - Chicago Tribune, 27 juin 1994 »

 

« La police fédérale allemande suggère des actions contre le Lauck du Nebraska … »

 

« Le FBI a dit qu’il investiguait sur le cas d’une grosse figure sur direction des Allemands. Freeh n’a pas identifié ce cas. »

 

« Mais Hans-Ludwig Zachert, dirigeant de la Police Criminelle Fédérale Allemande, a dit lors d’une conférence de presse que Gary Lauck s’est étendu depuis les années 1980 avec sa propagande en Allemagne. »

 

« Dans une interview en route vers Berlin, Freeh a dit que le FBI pourrait être capable de donner légalement à la police allemande les adresses aux Etats-Unis d’où la propagande pourrait bien provenir afin de faciliter les procédures de la police. – The Lincoln Star, 29 juin 1994 »

 

 

« Mais il n’est presque rien de ce que les autorités allemandes peuvent faire contre Gerhard Lauck, identifié par Frisch comme étant le plus grand fournisseur de matériel de propagande pour les néo-nazis allemands… »

 

« Lors d’une exposition sur l’extrémisme, Frisch a dit qu’il avait eu d’intensifs discours avec le FBI à propos de Lauck. »

 

« Ils font remarquer que notre liberté d’expression est un droit absolu aux Etats-Unis et qu’il n’y a aucune chance d’entreprendre une action légale contre eux, a dit frisch. »

 

« Notre seule chance est de l’intercepter. Mais Lauck ne met pas d’adresse de retour sur ses enveloppes, il est donc difficile de l’intercepter. Nous sommes capables d’intercepter certains courriers, mais les quantités colossales sont impossibles, a dit Frisch le 21 février 1995. »

 

« L’homme le plus recherché en Europe arrêté au Danemark – Cherché par l’Interpol dans 15 pays ! Gros titres des journaux danois après l’arrestation de Gerhard Lauck le 20 mars 1995. »

 

« La Ligue anti-diffamation a appelé Lauck le facho propagandiste le plus dangereux . »

 

« Un officiel de l’Ambassade US à Bonn a dit que le Gouvernement américain n’a pas demandé assez d’aide pour tenter de coincer Lauck. Nous n’avons rien à faire dans ce combat, a dit l’officiel. Les Danois et les Allemands ont à le résoudre. Notre intérêt principal sera de s’assurer qu’il sera traité aussi bien

 

que n’importe qui d’autre en Allemagne et que ses droits seront bien respectés. »

 

« Mais nous désirons défendre les droits de chacun – même les nazis, incluant Gary Lauck – pour représenter leurs vues au Monde en mots et en écrivant. Jusqu’à ce que la Court suprême danoise se prononce, nous croyons actuellement aux autorités légales dans ce pays et voulons voir la défense de la liberté d’expression de notre Constitution. »

 

« Le verdict était un slalom juridique avec le but de déguiser le fait qu’aujourd'hui la Court de cassation danoise estime l'exactitude politique et l'obéissance politique plus que la Constitution. »

 

« Le verdict est politiquement obéissent parce que, depuis le moment où Gary Lauck a été arrêté, il était clair qu'il était important pour le Ministre des Affaires étrangères d'accorder le souhait allemand pour son extradition, et il a rassemblé par conséquent les meilleurs esprits du Ministère de Justice pour la tâche de remerciement pour remercier l’ensemble des moyens juridiques à légitimer l’extradition. »

 

« Il a pris quelques mois avant d’être prêts, et le pire est qu’ils pourraient trouver dans ce tas de bêtise que Lauck avait écrit dans les années précédentes, et que le Haut Tribunal a utilisé pour justifier l’extradition, étaient des déclarations comme 'Les juif sont notre malheur. Dehors les juif.", les déclarations dont le texte même sur le plan de la loi d'anti-racisme 266b donne à la plupart des résultats une amende ou quelques semaines de prison. Néanmoins, la Cour de cassation a rendu l'homme à l'Allemagne et une phrase de prison de quelques années. »

 

« Beaucoup d'experts sont convaincus que Lauck et son réseau de propagande constituent une menace sérieuse. Un journaliste à la retraite qui a étudié le NSDAP/AO pendant 20 années sur la menace de l’extrémisme de droite a dit : ´je vois que le petit danger est que les adultes instruits avaleront la déformation de l'histoire, mais Lauck planifie pour l'avenir et influence nos jeunes hommes. »

 

« Après plus de quatre années dans six prisons européennes différentes, Gary Lauck est plus déterminé que jamais apporter le NSDAP/AO dans le premier rang de politique globale… »

 

« Pendant un entretien dans le matin de jeudi à Lincoln, Lauck a dit que le gouvernement allemand a cassé l'américain et la loi internationale, violé la souveraineté et la Constitution des États-Unis. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ne jamais capituler !

 

 

L’article suivant par Gerhard Lauck a été publié dans le NS KAMPFRUF numéro 115 de la période mai-avril 1995 et donc avant son second emprisonnement politique (1995-1999).

 

 

Au-delà d’une période de plus de vingt ans d’activisme fort prononcé, vécu beaucoup de succès, et beaucoup de retours. Il est facile de célébrer la victoire. Il est difficile, mais non moins important, de poursuivre malgré la défaite.

 

Il y a des pensées qui pourraient m’aider dans les moments difficiles. Je voudrais les partager avec vous, mes chers camarades, dans l’espoir qu’elles puissent un jour vous aider.

 

Premièrement, si l’idée nationale-socialiste a pu survivre à la défaite militaire durant la Seconde Guerre mondiale, la destruction du Troisième Reich et la mort de notre leader bien-aimé Adolf Hitler, nous pouvons survivre aujourd’hui aussi. Aussi longtemps que un seul combattant national-socialiste vivre, LE COMBAT CONTINUERA !

 

Ensuite, Aussi longtemps qu’il restera un homme blanc et une femme blanche, la survie de la race blanche pourra continuer. Même si la race blanche est en minorité sur la planète, il y a quand même des centaines de millions de Blancs !

 

Troisièmement, les grands changements incrédules de l’histoire sont toujours possibles. Personne ne connaît le futur. L’histoire allemande elle-même fournit des exemples :

 

Dans la fierté et le pouvoir du Reich allemand de 1910, qui aurait pu imaginer la défaite et l’humiliation de 1919 ? Dans le chaos des années 1920, la reconstruction dans les année 1930 ? Après les victoires de 1940, la catastrophe de 1945 ?  Après 1945, le miracle économique des années 1950 et 1960 ? En 1985, la venue de la chute de Berlin, le DDR soviétique et même l’Union soviétique ?

 

Quatrièmement, l’histoire est toujours faite des minorités, les minorités qui se battent ! Adolf Hitler a commencé avec sept hommes … La Révolution américaine contre l’Empire britannique n’était supportée que par 10% de la population américaine. Le petite Prusse avec une population d’à peine 4,5 millions s’éloignait d’une coalition d’ennemis d’une population de 200 millions (!) durant La Guerre des Sept Ans (1756-1763).

 

Cinquièmement : Il n’importe pas combien une personne pense avoir fait pour le mouvement. Il y a  beaucoup d’autres camarades qui ont fait beaucoup et beaucoup plus. Personne ne peut se dire : « J’ai fait plus que les autres ! » (même si c’est vrai.) Au lieu de toujours essayer de faire mieux. Ne vous plaignez pas des défauts des autres. A la place, regardez-vous dans un miroir et dites-vous : « Qu’ais-je fait jusqu’à présent ? Que puis-je faire aujourd’hui ? »

 

Les patriote allemand Fichte a dit une fois que chacun peut agir si le destin de sa nation dépend seulement de ses propres actions.

 

Sixièmement, que chacun aide ! Personne ne sait qui fera l’action décisive, personne ne sait quel journal ou sticker recrutera un nouvel activiste, quelle action fera que nous remporterons la bataille un jour …

 

Si une vie entière d’activisme politique peut contribuer aussi longtemps que la survie de la race blanche ; chaque grain de sable contribue à former une plage entière, tout comme chaque goutte d’eau aide à former un océan. C’est une nécessité morale.

 

Septièmement, un réel National-socialiste est un combattant. Il ne se bat pas seulement parce que c’est un devoir, mais parce qu’il ne pourra plus vivre tranquillement s’il renonce.

 

La vie est un combat. Nous aurons assez de temps pour nous reposer une fois dans la tombe. L’Ancienne Garde de Napoléon disait : « Le Garde peut mourir, mais elle ne peut pas céder. »

 

Huitièmement, les martyrs sont notre obligation.

Je ressens personnellement un devoir sacré et personnel envers chacune camarade indépendant qui s’est battu, qui a travaillé, qui a souffert, qui a saigné ou même qui est mort pour l’idée nationale-socialiste. Et je ne dis pas cela dans l’abstrait, c’est un ressentiment philosophique seulement compréhensible dans l’esprit, mais aussi dans le cœur.

 

Par exemple, je pense à notre camarade Gottfried Küssel qui a été emprisonné en Autriche pour onze ans simplement pour de l’activisme politique non-violent. Si lorsqu’il sortira de prison et qu’il me demandera ce que devient le mouvement, je lui réponds « Oh rien, nous en avions marre de l’activisme politique et nous avons fermé l’organisation, aujourd’hui je collectionne les timbres comme hobby », cela ne va pas !

 

J’ai eu l’honneur et le privilège de travailler avec de vrais Nationaux-socialistes dont l’esprit et des efforts faits pour notre cause sont comparables à être décorés comme héros de guerre.

 

A chaque fois que je sui découragé, je pense à ces Nationaux-socialistes. Ensuite j’ai honte d’avoir été découragé alors que eux se sont toujours battu. Je me donne un coup à moi-même et me dit : « Non, je ne peut pas abandonner ! S’ils peuvent endurer et se battre, je le peut aussi ! »

 

Neuvièmement, l’adversité sera surmontée, les problèmes, les ennemis et les Juifs aussi …

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De l’authentique héroïsme

 

 

Le national-socialisme ne souffre pas d’un manque d’héros et d’héroïnes. Leurs morts, leurs accomplissements, et au-dessus de tout, leurs sacrifices les donnent en exemple, une obligation et une source de force. Ma génération, la première d’après-guerre, a eu la chance de pouvoir rencontrer beaucoup de ces héros. Je me rappelle avoir rencontré le très célèbre Colonel Hans-Ulrich Rudel dans sa maison de Kufstein, dans le Tyrol, dans les années 1970. Un grand honneur !

Mais il y a beaucoup d’autres camarades qui ont eu une très grande influence sur moi. Tout d’abord, j’ai passé plus de temps avec eux qu’avec le Colonel en question, et ensuite, ils étaient simplement des gens normaux, même s’ils ont fait des choses au-delà du normal. Ils étaient les anciens membres des SA Walter Luttermann et Karl-Ferdinand Schwarz, le couple Müller et « Armin », de la génération des Jeunesses hitlériennes, Thies Christophersen, des combattants de l’après-guerre comme Michael Kühnen, Gottfried Küssen, Michael Storm et d’autres dont on taira les noms pour des raisons de sécurité. Certains de ces camarades ainsi que leur vie m’ont beaucoup impressionné.

… 1945. La guerre est terminée. Tout est perdu. La vie n’a plus de sens. L’un d’entre eux va dans la forêt jusqu’aux rails du train. L’autre s’assied sur les rails et attend un train, qui terminera sa triste vie. Le troisième cependant prend une toute autre décision. Si l’un survit, peut-être qu’il pourra un jour faire quelque chose en mémoire du Führer. L’un reste debout et rentre chez lui. Les années passent. Au printemps 1972, un rejeté de Breslau dit qu’il y a un NSDAP/AO. L’un devient l’un des premiers membres, l’un des bénévoles qui travaille le plus pour ce dernier et un donateur très généreux, alors qu’il n’est pas riche et possède un style de vie plutôt modeste. L’un travail bénévolement année après année, décennie après décennie. A un âge assez avancé, la cécité s’installe. Mais l’un continue de travailler

… Maladie de mortalité avec cancer. Peut définitivement manger ou dormir. Marcher devient difficile. Mais l’un peut quand même encore faire quelque chose : il fait du travail de bureau sur ordinateur, ne savant plus bouger. Des heures durant. Parce que c’est difficile de se lever et de retourner dans son fauteuil. Jour après jour. Année après année. Le matin de sa dernière journée en vie, c’est toujours la routine. Cette après-midi-là, la mort arrive.

… 1945. Le jeune soldat continue de se battre après l’armistice. Plus tard, il est capturé mais n’est pas identifié comme un vrai combattant d’action. Quatre années passées dans un pénitencier spécial pour les Nazis de guerre. Enfin la liberté. Reprend immédiatement ses activités politiques. Encore de la prison. Sa femme le quitte. Il est à nouveau libéré et reprend encore ses fonctions politiques. Il jouera un rôle important dans l’expansion du NSDAP/AO dans les années 1970. Mais un traître va en prison ! Sa seconde femme le quitte.

… Quatre ans d’emprisonnement politique – sans le droit de parole jusqu’au dernier jour. Vient ensuite le jour de sa liberté, jour où il reprend ses activités politiques. Une année d’activité intensive suivie de quatre années supplémentaires de prison. A nouveau libre, et à nouveau actif jusqu’à sa mort.

… L’un veut se marier mais le parti a besoin de travailleurs de d’argent. La famille devra attendre encore quelques années. Mais la maladie vient en dépit de la jeunesse. La famille ne viendra jamais, pas comme la mort.

… L’un est paralysé durant la guerre. Ses deux jambes sont perdues, tout comme un bras – l’autre est en mauvais état. Il n’a aucune aide et le téléphone est la seule chose qu’il puisse faire, ce qu’il fait pour le NSDAP/AO afin d’étendre son programme d’expansion de une ville à seize en une seule année !

… Une crise. L’un monte et prend de l’ampleur sans formation. Le temps libre et la profession sont mélangés pour le travail politique, aggravation et le stress. L’un support le tout quelques années jusqu’à la fin de la crise et celui qui a une famille a la priorité.

Camarades !

Ces histoires sont vraies !

J’ai réellement travaillé avec ces camarades, parfois durant des décennies. Nous devons les accomplissements passés du NSDAP/AO à ceux-ci.

Qu’ils vous servent d’exemple et d’obligation, comme le confort et l’inspiration, tout comme ils m’ont servi.

Que vous deveniez des exemples pour ceux qui rejoindrons nos rangs plus tard, pour ceux qui porteront la belle swastika et qui seront appelés dans les rangs des troupes d’action …

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le prochain quart de siècle et après

 

 

 

Notre plus précieuse ressource est l’Homme.

 

Un homme sans arme peut se battre à poings nus. Mais une arme sans homme n’est rien qu’un gros morceau de matière inerte.

 

Un homme non-armé peut créer sa propre arme. Mais une arme ne peut pas créer une main pour l’utiliser.

 

Notre première accentuation doit être le perfectionnement de nos ressources humaines : finances, physique et technologie.

 

On doit entretenir notre esprit et notre corps : notre héritage idéologique et l’esprit combatif sont le souffle de l’idée nationale-socialiste. Le souffle signifie l’espérance pour le futur.

 

Une idée requiert des gens. Ces gens sont des croyants, des suiveurs, des champions qui l’embrasse et qui s’étendent dans le monde.

 

Les gens ont besoin d’autres gens. L’homme n’est pas une entité solitaire. Les Nationaux-Socialistes forment une communauté vivante. Une communauté de croyants et de combattants.

 

Cette conscience de communauté, ce sens de l’intention et ce profond devoir à défier toutes les probabilités et tous les ennemis – même après des décennies de cruelle persécution, de diffamation et de sacrifice – est absolument essentielle à la survie à long-terme et à notre victoire.

 

Les individualistes s’écraseront ! les organismes vont et viennent. Les voisins et les villes entières sont détruites.

 

Peut-être bien que les nations entières vont périr durant le nouveau millénium. Mais notre race doit survivre !

 

Cette réalisation, ce commandement est simultanément plus sacrée et plus naturelle. Ceci est le fond du national-socialisme. Cette prise de conscience, cet honneur est notre essence en tant qua Nationaux-Socialistes.

 

Le devoir signifie l’effort. L’effort seulement produit des résultats. L’effort doit être reconnu et encouragé.

 

Cette accentuation doit être appuyé par l’activisme. L’activisme international. L’activisme d’une pan-aryenne et mondiale communauté nationale-socialiste de confiance et de lutte.

 

Bien entendu, rien de tout cela n’est nouveau. Cela dominait déjà la stratégie du NSDAP/AO durant son premier quart de siècle et continue de dominer dans son second.

 

L’organisation, la logistique et la technologie sont tous très importants. Ne commettez pas d’erreur à ce propos. Mais il s’agit juste du muscle, pas le cœur ni l’âme de notre mouvement.

Nous sommes les pionniers

 

 

 

Cet article de A.V. Schaerffenberg est apparu pour la première fois dans le magazine THE NEW ORDER #94.

 

 

 

Dans les années 1920, Adolf Hitler créa le mouvement blanc national-socialiste, et celui-ci grandit enfin pour devenir le plus puissant phénomène idéologique de l’Histoire. Dans les années 1930, il devint principal présent au pouvoir et s’empare du Gouvernement. Il fut le premier à instaurer un Etat blanc dans le monde moderne. Dans les années 1940, les Nationaux-Socialistes perdirent leur pouvoir jusqu’au dernier coup de feu contre les forces capitalistes occidentales et communistes orientales, toutes deux soutenues par les Juifs. Dans les années 1950, George Lincoln Rockwell réinstaura la Swastika en Amérique et la hissa au premier succès d’après-guerre des années 1960. Dans les années 1970, le Mouvement récupéré de son assassinat, conduit des actions de masse à l’hystérie sans précédent et remporta une reconnaissance mondiale. Dans les années 1980, dû à la faiblesse humaine, à la subversion et à un chaos interne, le Mouvement s’écroula mais fut sauvé par l’intermédiaire du The New Order magazine du NSDAP/AO, qui surmonta la crise et devint la paroi fixée autour des anciens camarades et des nouveaux. Dans le début des années 1990, le National-socialisme se réaffirme à un niveau international, avec un support de régions mortes et inexploitées de l’Europe de l’Est.

 

En bref, ceci est l’histoire du mouvement national-socialiste. Aucun individu ayant eu l’occasion de vivre à un moment particulier de son développement ne pourrait imaginer les événement de choc à venir, aussi bien les bons que les mauvais. Un Bavarois de province qui a rejoint Adolf Hitler en 1921 n’a jamais pu penser que l’Allemagne puisse avoir le monde à ses pieds après la Première Guerre mondiale, ni même d’ailleurs qu’elle puisse mener une course contre l’Union Soviétique vingt ans à peine après la guerre. Avec la mort de notre camarade Rockwell, toute espérance de voir un jour les masses blanches reprendre le pouvoir semble être perdu. Quelques années après, elles nous acclamaient en plus grand nombre encore. Pour toute personne qui se tenait parmi les masses du Pouvoir blanc, la victoire finale semblait seulement un problème de temps. Et le Mouvement passa à travers une longue décennie de survie, éclaircie principalement par des batailles clandestines du The Order dans la moitié des années 1980. Maintenant, il y a une lueur dans l’horizon, et notre cause est en train de fumer encore une fois.

 

 

Ce que notre combat signifie réellement

 

Notre propre passé nous apprend que :

§  nul ne peut anticiper ce qui se trouve précédemment ;

§  chaque génération a sa propre mission à remplir.

 

Les chemises brunes allemandes des années 1920, la branche SS internationale durant la Seconde Guerre mondiale, les Troupes d’Action du Commandeur Rockwell et les autres se sont tous battus avec le même but : la victoire blanche ! Et chaque partie achevée du triomphe final rend possible cette victoire. Les chemises brunes permirent à leurs leaders de se faire élire. Les SS européennes défendirent les populations de manière sévère. Les troupes d’action de Rockwell rendirent ses speeches possibles. Les activistes du pouvoir blanc se battirent pour leurs familles et communauté contre l’invasion nègre. Et maintenant, quelle est notre mission ? Comment pouvons-nous lutter pour le pouvoir blanc ?

 

 

Nous sommes la génération des pionniers

 

Ceci signifie que notre mission est de garder vivant le mouvement national-socialiste afin que la prochaine phase puisse être possible, lorsque les masses de nos peuples  seront réceptifs au concept de la victoire blanche. Ce moment-là n’est pas si loin, alors que les Américains atteignent le sommet de leur patience avec la crapulerie nègre et le chaos économique. Des millions de Hongrois, de Croates, de Slovaques, de Roumaines, de Polonais et même de Russes se réveillent contre le microbe juif et le début de leur réemprise sur nos peuples.

 

Les générations futures vont se rappeler de nous avec compassion, admiration et envie. La compassion pour notre passage difficile à travers l’Epoque Sombre de l’ignorance et terreur. L’admiration pour notre courage et notre détermination pour faire régner nos idées devant la face de l’opposition. L’envie pour l’opportunité que nous avons dans cette époque difficile à prouver notre loyauté à notre race, ainsi remportant nous-mêmes une position unique et veinarde dans l’Histoire du National-socialisme. Nous ne sommes pas autorisés à voir ce qui est derrière nous. Mais lorsque nous commençons cette quête révolutionnaire, chacun d’entre nous s’est vu attribuer un instinct pour la victoire Pour nous, nos mots d’ordre sont : « Victoire ou mort ! ». La victoire du mouvement signifie la vie pour notre race blanche. Notre échec signifie la mort pour notre peuple. Mais une idée qui peut survivre à la Seconde Guerre mondiale surmontera certainement la période noire actuelle.

 

 

Le futur pour les blancs seulement !

 

Nous ne sommes pas seuls ! Regardez simplement par-delà votre épaule et vous verrez les masses dans leurs t-shirts Pouvoir blanc. Derrière eux sont les troupes de Rockwell. Encore plus loin derrière sont les millions d’Européens sui se sont battus sous la Swastika depuis le Nord de l’Afrique jusqu’à Stalingrad. Et encore plus loin se trouvent les chemises brunes légionnaires qui remportèrent les rues pour leur Führer. Nous sommes à la tête de cette longue marche d’un demi-siècle. Nous ne défions pas la chute ou la levée !

 

Que se serait-il passé si des millions d’entre nous auraient été tués ? Le Mouvement continue à rouler droit devant et rien sur Terre n’a jamais été capable de l’arrêter. Que se passerait-il se les nègres brûlaient nos villes ? Rien de grave, nous aurions construit de nouvelles villes dans le futur où les Blancs domineront ! Que se passerait-il  si nous avions fait de graves fautes et pire encore ? Nous sommes seulement des humains mortels s’efforçant pour les super-hommes.

 

Nous avons eu des superbes années en or dans notre brève histoire – le Troisième Reich, les années de Rockwell et le triomphe de Chicago. Une planète blanche arrivera bientôt. De grandes choses vont arriver, et pas si loin que ça !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sources supplémentaires

 

 

 

Ces livres contiennent des informations concernant le NSDAP/AO.

 

 

 

HEUTE GEHÖRT UNS DIE STRAßE par Michael Schmidt. Basé sur son documentaire télévisé diffusé au niveau international à la Tv suédoise WAHRHEIT MACHT FREI. Publié par : Econ-Verlag, Düsseldorf/ Vienne/New York/Moscou.

 

THE NEW REICH par Michael Schmidt. Ceci est la version anglophone du livre mentionné ci-dessus. Publié aux USA, au Canada et en Grande Bretagne. Editeur US : Panthéon division of Randall.

 

NÉO-NAZIS. L’ENQUÊTE TERRIBLE par Michael Schmidt. Ceci est la version francophone du livre mentionné ci-dessus. Editeur: JC Lattès, Paris.

 

NEONAZISTI par Michael Schmidt. Ceci est la version italienne du livre mentionné ci-dessus. Editeur : Rizzoli, Milan.

 

OS NEO-NAZIS par Michael Schmidt. Ceci est la version portugaise du livre mentionné ci-dessus. Editeur : Edicðes Asa.

 

DRAHTZIEHER IM BRAUNEN NETZ. Editeur : ID-Archiv im internationalen Institut für Sozialgeschichte/ Amsterdam, Cruquiusweg 31, NL-1019 Amsterdam.

 

DIE REIHEN FEST GESCHLOSSEN par Georg Christians. Editeur : Verlag Arbeit & Gesellschaft GmbH, Rosenstraße 12/13, D-3350 Marburg, Allemagne.

 

WAS DIE RECHTEN LESEN par Astrid Lange. Editeur : C.H. Beck, Munich.

 

UN-HEIL ÜBER DEUTSCHLAND.

 

RECHTSEXTREMISMUS IN DER BUNDESREPUBLIK.

 

EN MORGEN DE HELE WERELD? par Karel ten Haaf. Editeur : Fascisme Onderzoek Kollektief, Postbus 10748, 1001 ES Amsterdam.

 

DER VERFASSUNGSSCHUTZBERICHT. Edité chaque année par la République fédérale d’Allemagne. Der Bundesminister des Innern, Graurheindorfer Straße 198, 5300 Bonn 1.

 

FREE TO HATE par Paul Hockenos. Editeur : Routledge, 29 West 35th Street, New York, NY 10001. (Editeur U.K. : Rutledge, 11 New Fetter Lane, London EC4P 4EE.)

 

AM RECHTEN RAND: LEXIKON DES RECHTSRADIKALISMUS by Rainer Fromm. Publisher: Schüren Presseverlag, Deutschhausstraße 31, 35037 Marburg, Germany.

 

DEUTSCHLAND ERWACHT by Henryk M. Broder. Editeur : Lamuv Verlag, Martinstr. 7, 5303 Bornheim-Merten. Distribué par Kiepenheuer & Witsch Verlag, Cologne.

 

IN HITLER’S SHADOW par Yaron Svoray et Nick Taylor. Editeur : Nan A. Talese – Doubleday, New York.

 

“WHITE POWER, WHITE PRIDE!”: THE WHITE SEPARATIST MOVEMENT IN THE UNITED STATES par Betty A. Dobratz et Stephanie L. Shanks-Meile. Publié par Twayne Publishers, Une impression de Simon & Schuster Macmillan, 1633 Broadway, New York, New York 10019.

 

 

Ces programmes télévisés incluent du matériel du NSDAP/AO :

 

KOLN/KGIN/CBS (Lincoln). 4 novembre, 1999. interview diffusée le même jour.

 

KOLN/KGIN/CBS (Lincoln). 2 novembre, 1999. Rapport sur le site du NSDAP/AO.

 

Télévision fédérale suédoise. 27 octobre 1999. Rapport sur le site en dix langues du NSDAP/AO en Suède.

 

KETV/ABC (Omaha) interview. Filmé les 14 et 15 août 1999 en Californie et diffusé le 9 septembre 1999.

 

Interview de CBS News. Filmé le 16 mars 1995 (5 jours avant l’arrestation de Lauck) au Danemark.

 

Télévision allemande KRO. Filmé à Lincoln le 14 février  et diffusé aux Pays-Bas le 19 février 1995.

 

La télévision 0 Globo au Brésil. Filmé à Lincoln en 1994. Diffusé plus tard cette année-là.

 

Spiegel Fernsehen en Allemagne. Filmé à Lincoln en novembre 1993, diffusé l’année suivante.

 

La télévision fédérale hongroise. Filmé en Croatie en août 1993. Diffué l’année suivante.

 

CBS News. Filmé à Lincoln en 1992, diffusé sur "Hitler and Stalin" en 1994.

 

ABC Primetime. Filmé à Washington, DC en 1991, diffusé en janvier 1992.

 

La télévision fédérale suédoise. Documentaire "Wahrheit Macht frei!". Filmé au Danemark et à Berlin-Est en juillet 1990, diffusé en 1991/1992 dans une douzaine de pays.

 

CBS Sixty Minutes. Filmé à Lincoln et Chicago en 1978, diffusé en janvier 1979 et July 1979.

 

 

Interviews médiatiques imprimées

 

Lincoln Journal-Star. 2 avril, 1999.

The Spotlight (Washington, DC). 23 juin, 1997.

Vrij Nederland (Pays-Bas) 19 juin, 1996.

Readers Digest (U.K.). Septembre 1995.

Süddeutsche Zeitung Magazin (Munich). 4 mars 94.

Omaha World-Herald. 26 septembre, 1993.

Los Angeles Times. 7 septembre, 1993.

 

 

Photographies

 

Sipa Press, 101 bd Murat, 75016 Paris. Tel. 47434743 or

Sipa Press Inc., 30 W. 21st Street #6, New York, NY 10010. Tel. 1-212-463-0150, fax –0160.